La semaine a été marquée par un coup de froid sur les marchés financiers qui semblent inexorablement épouser les évolutions climatiques de ces dernières semaines.

Les deux fortes corrections journalières du marché américain (supérieures à 4%) constituent une première réponse à ce mouvement rapide de remontée des taux 10 ans (de 2% à 2,8% en quelques mois). Cette normalisation monétaire, engagée d’abord par les banques centrales, ne doit pas être perçue uniquement comme un risque pour les investisseurs bien qu’elle ait poussé l’indice de volatilité (VIX) à un niveau rarement atteint (37 contre 11 en début d’année). En effet, la rentabilité du capital ne correspond plus déjà depuis longtemps à l’évolution des fondamentaux économiques.

Lire la suite