La Plume - “ L’ÂNE ET L’ÉLÉPHANT ” par Igor DE MAACK

“ L’ÂNE ET L’ÉLÉPHANT ”

 

L’instant marché financier

Ce titre pourrait être celui d’une fable de Jean de la Fontaine ou de son illustre prédécesseur hellène, Esope. Ces deux animaux sont en réalité les emblèmes respectifs du parti démocrate et du parti républicain aux États-Unis. Ces symboles sont apparus dans la presse dans les croquis du caricaturiste Thomas Nast du Harper’s Weekly. Cette fois-ci, aucun des deux animaux ne semblait avoir pris l’avantage lors de l’annonce des premiers résultats. 

Cependant, il faut savoir que cette situation s’est déjà produite dans le passé (élection Gore/Bush et élection d’Abraham Lincoln) avant la confirmation de la victoire du vainqueur. Joe Biden aurait pris une avance depuis sa victoire dans le Michigan et dans le Wisconsin. Les marchés financiers seront satisfaits d’une situation où les États-Unis continueront de soutenir leur économie avec des plans de soutien budgétaire et une modération dans la pression fiscale (ex : Joe Biden élu Président et Sénat acquis aux Républicains). En tout état de cause, la démocratie américaine est bien vivace (taux élevé de participation) quoique censitaire et complexe à comprendre pour les Européens. 

Sur les marchés, les investisseurs ont nécessairement sanctionné les bourses (surtout européennes) lorsque la deuxième vague du Covid a resurgi et ce, malgré des publications de bonne facture (JP Morgan, BNP Paribas, Michelin, Amazon, STM…). Pourtant, les investisseurs semblent tous guetter une baisse des marchés pour pouvoir investir. Dans ces temps troublés et volatils, il existe toujours des opportunités d’investissement. Bien que le climat des affaires, les indices manufacturiers (celui de la Chine récemment) continuent de s’améliorer et de confirmer la poursuite de la reprise, les reconfinements généralisés récemment mis en place en Europe vont inévitablement contrarier la relance. 

Le rebond de fin d’année dépendra notamment de la réouverture totale des économies européennes à l’approche des fêtes de Noël. L’Europe apparait comme la zone la plus faible à côté des États-Unis et de la Chine. Les prévisionnistes devraient d’ailleurs déjà se pencher rapidement sur une révision du chemin de croissance de l’année prochaine car les vaccins ne sont annoncés que pour l’été 2021. Les mesures sanitaires qui s’éternisent pourraient continuer de contrarier l’activité économique et faire baisser les marchés. Malgré toutes les informations médicales reçues sur ce virus, il faut bien reconnaître que l’individu (comme l’investisseur) moyen se sent démuni face aux multiples avis des épidémiologistes et traqué par cette maladie invisible. Et comme l’écrivait Jules Romain dans sa pièce de théâtreKnock, « tout homme bien portant est un malade qui s’ignore », une sensation que bien des concitoyens et desinvestisseurs pourraient ressentir aujourd’hui. 

 

La valeur du mois • Akka Technologies

Après l’opération de rachat des dirigeants de Groupe Open sur leur capital, c’est au tour d’une autre ESN de lancer une opération capitalistique d’envergure. Fortement impactés par la crise de la Covid, les dirigeants et les actionnaires historiques (famille Ricci) aidés par l’investisseur belge (CNP) ont décidé de lancer une augmentation de capital de 200 M€ pour renforcer les fonds propres. Avec une prime de 43% sur le dernier cours de bourse, cette opération montre que les entreprises savent reconnaître la vraie valeur de leur actif industriel… à l’inverse parfois de la bourse.

 

Le mot de la fin

La disparition de Sean Connery, l’acteur écossais incarnant l’espion 007 James Bond, a ravivé les nostalgiques d’une époque où l’élégance était la norme et l’outrance l’exception. Avec lui les diamants étaient éternels, les doigts en or, les baisers de Russie même si on ne vivait que deux fois.

 

La Plume VITALÉPARGNE par Igor DE MAACK - novembre 2020

 

Retrouvez le précédent numéro de La Plume.

 

Rédacteur : Igor DE MAACK - idemaack@vitalepargne.com • Presse : Stevens Lefort - slefort@vitalepargne.com