Récession en Europe : Quelles perspectives pour l’hiver 2022 ?

Récession en Europe : Quelles perspectives pour l’hiver 2022 ?

Durcissement monétaire des banques centrales et risque de récession ?

Chaque banque centrale a des raisons légitimes de monter ses taux ou du moins invoque des motivations intrinsèques fondées pour justifier les récentes hausses.

Le nœud du problème se trouve dans le timing simultané de ces acteurs économiques et financiers de premier ordre. Les mouvements qui sont majoritairement de 75% de points de base prennent une dimension mondiale avec des effets démultiplicateurs.

Les différentes zones monétaires ont des timings différents mais ne peuvent cette fois avoir des différentiels de taux trop importants. Au risque de voir la parité de leur propre monnaie directement impactée. Au moment où l’euro, faible, est confronté aux matières premières, chères, toutes dollarisées, il va sans dire que la zone Euro est désavantagée.

Aujourd’hui, l’anormalité qui planait depuis plus de 15 ans autour du coût de l’argent est en train de se corriger. Sur l’environnement économique d’un regard plus éloigné, la récession n’est plus un débat. Elle n’est cependant pas encore synchronisée puisque les perspectives pour les États-Unis et la Chine sont encore positives. La zone Europe elle n’échappera plus à cette récession dont elle commence déjà à subir les conséquences.

Pour évaluer une récession il faut mesurer l’équation entre sa durée dans le temps ainsi que sa profondeur dans la « dureté », notamment sur le chômage et la perte de revenus disponibles. Du point de vue des marchés, aujourd’hui il n’y a pas de sentiment de crack. Les risques sont déjà mesurés. Les marchés, particulièrement dans un système capitaliste, reprennent avec les cycles économiques d’expansion ou de récession.

Quels impacts sur la bourse ?

Plus ou moins toutes les bulles de valorisation sont actuellement touchées, comme l’immobilier et la « tech’ ».

À l’heure où la bourse profite encore des valeurs du luxe, de nombreux sujets sont en désaccord avec le climat social auquel sera, probablement, confrontée la classe moyenne ou classe « médiane » dans les prochains mois. Ces valeurs protégées par le fantasme d’une consommation de loisir ultra luxueux seront peut-être remises en question au profit d’une sobriété boursière. Des sujets d’actualités comme les récentes controverses sur des trajets en jet privés sont davantage « franco-français » et pour le moment n’atteignent, à tort ou à raison, nullement les projections de ces entreprises. T

Des diffuseurs traditionnels comme TF1 et M6 font partie des secteurs sinistrés, à fort rendement, qui n’ont pas attiré les investisseurs depuis des années.

Sur le débat même du projet de rapprochement entre les deux géants Français, l’autorité de la concurrence a tranché en faveur du consommateur. M6 reste une « cible » là où TF1 se positionne davantage en acquéreur naturel. Les deux titres sont actuellement pénalisés. TF1, bien souvent le mal aimé de la Bourse est pourtant toujours là. Cependant, Bouygues a bien précisé que la situation ne resterait pas en l’état. Quid d’un partenariat étranger.

Certains secteurs, les moins bien valorisés, comme les banques, l’automobile, les médias, les matières premières et le pétrole peuvent être une opportunité pour les investisseurs lorsque leurs valeurs sont « sous-évaluées ».

Thermique vs électrique : quel avenir pour le marché de l’automobile de luxe ?

Pour continuer sur un secteur très regardé, celui de l’automobile. Particulièrement avec l’électrification des véhicules. Une voiture de sport ou de luxe pourra-t-elle attirer dans 5 ou 10 ans ? Aujourd’hui cette question, qui se regarde également d’un point de vue patrimonial, reste sans réponse.

En effet, l’automobile de collection fait partie intégrante d’un patrimoine privé. Il peut être judicieux de se rapprocher d’un conseiller en gestion de patrimoine pour prendre les bonnes décisions sur ces sujets. La clientèle des voitures de luxe apprécie majoritairement les moteurs thermiques, qui pour bon nombre, sont le charme premier de ces véhicules.

Certaines questions plus à long terme comme les technologies électriques peuvent rentrer dans des débats récents, là où le thermique a eu le temps de faire ses preuves. L’inconnu réside dans l’absence de connaissances réelles sur le coût de la chaîne de vie d’un véhicule électrique (production, utilisation, recyclage). Aujourd’hui, il n’y a pas encore de consommation de masse de l’électrique. Réglementairement, la prochaine décennie est presque actée. Mais d’ici 20 ou 30 ans, nous pouvons imaginer, une nouvelle fois à tort ou à raison, un retour au thermique.

Retrouvez les interventions d'Igor DE MAACK, Associé et Dirigeant Vitalépargne Paris chaque mois sur le média B Smart.